Francis A. Fogue Kuate

Paper presented in the International conference on Archives of Post-Independence Africa and its Diaspora, Gorée-Senegal, June 2012

Title of the paperEnjeux et défis de l'exploitation des archives radiophoniques dans la recherche en sciences sociales au Nord-Cameroun" (Issues and Challenges of Operating Radio Archives in Social Sciences' research in the  Northern Cameroon).

https://docs.google.com/file/d/0ByQTmoK8576OV0RtdmU2Y2lsMUk/edit?pli=1  

 

Abstract

 

 

 

 

Restées longtemps absentes des mécanismes de production du savoir sur les sociétés du Nord-Cameroun, les archives radiophoniques, connaissent un regain d’intérêt dans la recherche en sciences sociales. Au-delà des considérations méthodologiques qui recommandent la diversification des sources dans une entreprise de recherche, ce regain d’intérêt se justifie également par le renouveau thématique et paradigmatique que connaissent les sciences sociales au Cameroun. Un examen de la récente production scientifique, sur le Nord-Cameroun, permet en effet de constater l’émergence de thématiques nouvelles qui nécessitent l’exploitation des archives radiophoniques. Ces archives sont d’un apport inestimable dans l’étude des peuples et cultures du Nord-Cameroun ; d’autant plus que la radio, en tant que média de l’oralité, a connu un grand succès dans cette région partagée entre tradition et modernité et où la pratique de l’écrit est loin d’être la chose la mieux partagée. Dans ce contexte caractérisé par la primauté de l’oralité sur l’écriture et la lecture, la radio occupe une place de choix dans les processus de diffusion mais aussi, de conservation du savoir et des connaissances sur l’évolution des sociétés du Nord-Cameroun. Cependant, la gestion et l’exploitation des archives radiophoniques donnent lieu à certains défis que cette étude présente dans une démarche analytique. S’appuyant sur les résultats d’une enquête menée en septembre 2008 aux archives de Radio Garoua (la toute première radio implantée au Nord-Cameroun en 1958), elle part du principe que les archives radiophoniques sont utiles à la recherche au même titre que les archives classiques. Elle analyse leur contribution dans l’étude des sociétés du Nord-Cameroun avant de s’attaquer aux différents défis inhérents à leur exploitation. Ces défis intègrent à la fois des modalités d’ordre politique et managériale. Les enquêtes effectuées ont permis de constater que les rivalités politiques ayant opposé le Président Biya à son prédécesseur Ahmadou Ahidjo, consécutivement au coup d’Etat manqué de 1984, ont conduit au pillage et à la destruction progressive des archives sonores de Radio Garoua entre 1984 et 1990. Il était question de procéder à une épuration politico-idéologique en faisant disparaître, de l’imaginaire populaire, tous les souvenirs (chansons, discours, reportages) relatifs au régime Ahidjo. Cette épuration était sous-tendue par les logiques de contrôle et de censure auxquelles sont soumis les médias camerounais. Plusieurs archives radiophoniques ont par ailleurs été dérobées et « privatisées » par des particuliers. C’est ainsi que les quelques rares documents d’archives radiophoniques ayant échappé à la destruction ont cessé d’appartenir au patrimoine national pour glisser dans la sphère privée. D’où la difficulté à y accéder et à les exploiter dans le cadre d’une recherche. En outre, l’utilisation des cassettes pour la sauvegarde des programmes radiophoniques s’avère inopérante au regard des possibilités de réenregistrement qu’elles offrent. Ainsi donc l’exploitation des archives radiophoniques achoppe sur la mauvaise gestion dont elles font l’objet. Depuis 1990, aucune politique n’a été adoptée en vue de les sauvegarder et faciliter leur exploitation. Des photos prises pendant notre enquête matérialisent l’état de délabrement dans lequel se trouvent ces archives qui sont attaquées par la rouille et la poussière.

Mots clés : Enjeux, défis, archives sonores, sciences sociales, Nord-Cameroun. 

 



25/06/2012
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres